Yokkai Index du Forum
Yokkai
.: La ville des Orphelins :.
 
Yokkai Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Eizel [FINI] ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Yokkai Index du Forum -> Pré-RP -> Fiches Validées -> Orphelins
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eizel
Orphelin

Hors ligne

Messages: 11
Âge: 15 ans
Résidant: Clubs
Tendance: Ambi

MessagePosté le: 12/01/2010 18:08:18    Sujet du message: Eizel [FINI] Répondre en citant

Prénom : Eizel
Surnom : / pas pour l'instant
Diminutif : / pas pour l'instant

Statut : Orphelin
Âge : 15 ans
Quartier d'appartenance : Club
Moyens de défense : Des sortes de griffes de métal attaché a l'aide de bout de cuir a ses poings, coupantes, mais ce n'est pas encore très au points, le métal manquant de rigidité et l'attache n'étant pas encore assez solide. Mais c'est en passe de devenir convenable.

Description physique : Déjà en bas notre adolescent n'était pas bien gros, cela n'a pas changé en arrivant plus prêt des nuages mais sa carrure c'est tout de même modifié, les muscle sont devenu plus fin et plus sec, les membre semble s'être allongé, sans pour autant avoir pris du poids et en le regardant on dirait une de ces mauvaise herbe qui a pousser trop vite sans prendre de la rondeur. Pourtant, Eizel ne semble manqué d'énergie ou de dynamisme, son teint est pâle mais ne serait ce pour se confondre avec ce ciel si haut et qu'il a pourtant l'impression de parfois pouvoir toucher du bout des doigts.

Il a les yeux verts, un regard souvent rêveur et bien trop souvent pensif, pourtant ils brillent d'intelligence et de malice. Vifs et un rien hyperactif notre ado est taillé pour le sprint, il adore se sentir voler au dessus du vide, griser par la hauteur, il n'en montre pourtant rien, réserver, quand ce n'est extraverti, étrange mélange que celui-là.

Les cheveux souvent en bataille, parfois ramener en un chignon aux mèches inégales, sa couleur de cheveux semble naturel, puisque les colos ne sont pas vraiment a porter de pèches.

Le visage fin, les lèvre l'égerment pulpeuse, il semble faire plus que son âge, peut être surtout a cause de ce regard, de ses formes déjà trop dessinée, peut être également a cause de cet air narquois...qui sais...

Non, il n'est pas non plus bien gros, mais qui d'entre nous, Orphelin peut se venter de l'être, les épaule saillantes, les cotes légèrement visibles, il n'est pas vilain pour autant avec sa peau légèrement halée.

Question vestimentaire, Eizel semble ne pas avoir de préférence, tout est bon tant que c'est solide, voila une de ses paroles, mais...il a un faible pour les mitaines, les manchons et tout ce qui semble tenir ses avant bras au chaud, quand au reste, on prend ce qu'il y a et si ce qu'il a est coloré, ce sera d'autant mieux !


maquillage? : Eizel se maquille le contour des yeux, de noir ou de bleu foncé, quand ce n'est pas de rouge
tatouage? : / pas pour l'instant
piercings? : Eizel porte plusieurs piercings, à l'arcade sourcilière, aux oreilles, mais aussi un sur la lève, la raison de ces petits bouts de métal...Il n'en dis rien, peut être pour paraître plus âge qu'il ne l'est...

Caractère :Eizel aurait très bien pus se retrouver sur Diamonds, semblant distant et rêveur, parfois perdu dans ses pensées, mais peut être cet aspect de son caractère semble ressortir aux regard de ceux qui ne le côtoie que rarement par son visage fin et son regard doux. Ses gestes calculés et son apparente douceur. Il aurait certainement été un enfant timide, et réserver. Un de ceux qu'on ne remarque pas, sauf peut être lorsqu'on cherche une belle gueule sur laquelle se défouler et qui ne risque pas de trop pleurnicher par la suite. Oui, Eizel avait cette petite lueur dans le regards, les lèvres serrer, le genre de gosse qui prend tout pour lui, qui encaisse sans dire un mot et qui parviens encore a sourire par après.

De cela, il n'a rien perdu. Mais sa douceur et sa timidité, son doux regard et son attention, ses paroles sincère et son sourire, eux semblent avoir été mis a dure épreuve et celui qu'il aurait peut être dus être, selon des critères de ceux d'en bas, a disparut un soir.

Le nouvel Eizel est né, lorsque la première bourrasque de liberté lui à caressé le visage, le faisant presque rejoindre le sol, mais déjà la détermination était là, si non, comment aurait il accédé a l'univers des toits, ses phalange rougies avait tenu bon et il s'était retrouver debout, le regard écarquiller sur un nouveau monde.

Eizel semble souvent taciturne, il est difficile de savoir ce qu'il pense ou ce qu'il ressent et pourtant il peut se montrer bavard, mais bavard ne signifie pas souvent sincère avec lui. Sous le revers d'un enfant doux et rêveur se cache une froide détermination de vivre, mais pas que cela. Il clamerait pourtant son innocence et sa joie de vivre avec grande conviction, se demandant pourquoi il n'arrive pas toujours a se tromper lui même de ses beau mensonges.

A vrai dire, il craint la folie de l'envahir, le sang ne semblant appelé que la vengeance. Il rêve de ciel sans fin, de vent dans ses cheveux, mais ne peux que regarder la terre avec des envies de meurtre. Un jour, un jour il y retournera et reprendra se qu'on lui a volé. Stupide promesse faite a lui même, on ne peux voler des rêves...On ne peux que les détruire.


Autres :
* Eizel semble complètement perdre son sang froid une fois qu'il se met a frapper quelqu'un et ce que ce soit un orphelin, un ami ou un poursuivant. Il perd les pédales et ne semble plus ressentir la douleurs d'une façon très présente, pouvant continuer a s'exciter sur un quelqu'un sans se rendre compte que celui-ci est passé de l'état de vivant a celui de mort.
* Il a des saignement de nez assez régulièrement, sans qu'il ne sache vraiment a quoi ils sont dus, suppose que c'est lorsqu'il est trop nerveux. (étant donné qu'il intériorise pas mal )

Histoire :

~~En bas~~

Eizel est issu d'une famille modeste, il avait un petit frère et ses parents étaient des gens des plus normaux, il allait a l'école et se montrait assez doué, bonne élève sans histoire ou presque. Bon, on ne semblait pas vraiment l'apprécier, peut être parce que son père était éducateur dans la même école, mais après tout, il n'y pouvait pas grand chose.

Son père était quelqu'un de très influent, aussi bien avec ses ami de travaille que dans sa vie de toute les jours, il avait cette aura de charisme qui faisait toujours qu'on l'écoutait sans pourtant osé croiser son regard. D'ailleurs il passa d'éducateur au rôle de professeur avant de devenir directeur. Eizel pour ça part suivait les cours en silence dans le fond de la classe à regarder un peut trop par la fenêtre et un peut trop peut devant lui.

Vers 8 ans, les professeurs commencèrent a se plaindre, pas qu'il nuisait a la bonne ambiance de la classe, mais plutôt qu'il n'y participait pas le moins du monde, au point qu'on failli l'oublier plus d'une fois dans un local, sans que cela semble en rien déranger le rêveur qui toujours les yeux fixé au dehors semblait tout simplement attendre que le ciel s'obscurcissent.

Eizel rêvait, oui, c'est ce qu'il faisait le mieux, que faire d'autre d'ailleurs, son père ne lui répétait il pas assez que son salut serait dans la prière, que peut être dieux l'entendrait et lui apporterait le secours nécessaire a retenir ses larmes.
Mais aucun secours ne semblait venir et ses larmes continuait de couler en silence alors que les mains de son père venait toucher son corps. Nuit après nuit, jour après jour a vivre dans la même crainte dans le même espoir. Ses yeux ne pouvait s'empêcher de le chercher dans la cours de récréation, savoir ou il était, quand ses yeux se poseraient sur son corps, quand il lui ferait signe et l'entraînerait sans qu'il ne soit capable de dire quoi que se soit pour sa défense. Il savait que ses petits poings se refermeraient encore une fois, ses lèvres se scellant sur un cris intérieur qu'il ne pouvait émettre. Son regard se perdrait dans l'immensité vide du mur devant lui et ce jusqu'à ce qu'il sente le liquide poisseux et chaud couler entre ses cuisse. Jusqu'à ce qu'il sente se souffle contre sa nuque se faire plus lent et d'une chaleur maladive. Alors il entendrait le bruit de la tirette puis les pas de son père avant d'entendre sa voix "rhabille toi".

Il sortirait quelques minutes plus tard, tout aussi invisible qu'a son ordinaire, sans une trace de larme sur ses joue et même un léger sourire amicale sur les joues. C'était sa façon d'être invisible, sourire et avancer droit devant lui.


La petite famille fut malheureusement quelques peux chamboulée et pour cause, le père de famille, si prestigieux, si regarder de tout ses voisins, fut pris en flagrant délit, une main glissé dans le pantalon d'un camarade de classe d'Eizel. Les bavardage allèrent bon train et même si il s'avéra que c'était la première fois qu'il le touchait, il était impossible de pardonner une tel chose.

Il se retrouva donc au chômage et avec une grosse amende a payer a la clé pour réparation morale. Eizel qui avait vaguement cru que sa situation ne pouvait être pire se rendit bien rapidement compte de sa naïveté. Son père l'avait pris comme unique responsable de cette faute commise. Effectivement, c'était le jeune garçon accompagné d'un professeur et d'une second élève qui avait surpris son père. C'était son fils qui avait ouvert la porte du bureau alors que l'invitation pour y entrer tardait a venir. Peut être inconsciemment savait il très bien ce qui se passait a l'intérieur de la pièce, mais la aussi c'était se voiler la face. Il ne se doutais pas de ce qui s'y passait...Il le savait très bien et cette certitude était gravé en lui comme seul vengeance envers son père. Mais...du même coup il était responsable de tout ce que ça entraînait.

Les cris de ses parents qui se faisait entendre chaque soir, des repas aussi silencieux que la mort et le plus pénible peut être des pleurs de son petit frère. Il avait toujours protéger son frère, allant jusqu'à se blottir comme n'importe quel enfant dans les bras de son père lorsque celui-ci couvait un peut trop du regard son cadet. Ce dernier lui en voulait il le savait. Tim était jaloux d'Eizel et pensait que ce dernier lui volait l'amour de son père. Il en était tout autre, mais jamais il ne le lui dirait. Il préférait que Tim soit jaloux de lui, quitte a le détester plutôt que de lui faire entrevoir la réalité des choses. Celle qu'il se laissait abusé en silence depuis plus de trois ans.

Le divorce était proche et peut être avec lui une vie nouvelle.

Mais ce fut sans compter cette nuit, une de trop, une qui changea tout. Son père avait bus, ce n'était pas nouveau, ça faisait plus d'un an qu'il buvait, mais cette fois si peut être étais ce plus que de coutume. Il avait rejoint Eizel dans sa chambre, l'enfant faisait semblant de rien, souriant l'égerment avant de retourner a ses leçons. Ses notes s'étaient sensiblement améliorer depuis qu'un nouveau directeur avait fait son apparition. Un dix sur dix trônait sur son bureau et le garçon ne pouvait s'empêcher de sourire en le regardant, une certaine fierté l'animait et il lui semblait que le monde pesait alors un peut moins lourd sur ses épaules.

" Une belle note je voix !" Le ton était flatteur et Eizel souris d'avantage, mine de rien, malgré tout, c'était son père et il n'ne avait qu'un, malgré tout ce qu'il lui faisait endurer. " ça mérite bien une récompense..." L'enfant n'osa le regarder et lorsque la main s'insinua sous son t-shirt il cessa simplement d'écrire, comme si il attendait que ça passe, peut être que si il ne montrait aucun signe, son père se lacerait rapidement pour retourner a ses occupations.
" Tu es fier de toi hein ! Fier du mal que tu m'as fait ! " Le ton était dure cassant, mais Eizel ne frémis même pas, malgré la douleur qu'il ressentait en lui. Son menton fut relevé avec plus de force que nécessaire, son père le regardant de ses yeux coléreux et il voulu détourner le regard mais la main vins le cueillir l'envoyant au bas de sa chaise a demi sonner par le choc.

Il ne réagis pas assez rapidement, pourtant l'envie de s'enfouir l'avait pris cette fois si, il ait peur pour la première fois, non pas peur d'avoir mal, mais peur de ce qu'il pourrait lui faire. Son visage était a demi écraser dans les oreillers, mais ce ne fut suffisant pour étouffer ses cris de douleurs. Son père le frappa a plusieurs reprise, lui ordonnant de se taire. Mais les cris de l'enfant n'en était que plus aigus jusqu'à n'être qu'une plainte silencieuse et sanglotant.

Les râles avaient finis par se taire, les coups de hanches s'étaient estomper, le poids de son corps sur le sien avait disparut et l'obscurité étaient tombé dans la pièce. Il se recroquevilla l'égerment sur son lit a demi défait, les draps froissé, humide de transpiration, son corps parcouru de tremblement ininterrompus alors que les larmes coulaient sur ses joue sans qu'il ne les retienne. Il avait mal, si mal...

Des cris le tirèrent de sa torpeur, ses yeux s'accoutumèrent trop lentement a la lumière de la lampe de sa chambre, il détourna le regard mais pas assez rapidement pour ne pas voire le masque d'horreur qui se peignis sur le visage de sa mère. Il releva les couverture sur son corps mais d'un geste trop lent pour que les yeux clair de sa mère ne puisse voire le drap taché de son sang, son corps couverts d'hématome, sa lèvre fendue par sa propre morsure.

Il y eu un cris inarticulé, sortant de la bouche de cette femme qu'il semblait voire pour la première fois, le cris d'une mère devant son enfant, devant son propre sang, devant la vive qu'elle avait porté durant neuf moi et qu'elle pensait avoir protéger et aimé de tout sa chair de tout son cœur durant huit ans. Un cris qui continua de raisonné dans les oreille d'Eizel bien après qu'il se fut tut.

Sa mère avait descendu l'escalier a toute vitesse, Eizel ne l'avait pas vu, il n'avait fait que l'entendre, pourquoi ne l'avait elle pas pris simplement dans ses bras, même si il ne l'aurait peut être accepter, ce départ lui semblait pire que tout. La dernière trahison peut être d'un adulte envers un monde qui n'appartenait a la même raison d'être.

Il avait essayer de se lever, alors que les cris se faisait entendre de plus belle, se boucher les oreilles était certes une idée intéressante, mais tout a fait inutile. Il ne suffit pas de ne pas entendre encore faudrait il se berner de manière suffisamment convaincante pour tenter de croire que tout allait bien.
Un pied a peine posé sur le sol, il chancela et percuta le sol de tout son poids, pourtant peut important. Il dus perdre connaissance, si non comment expliquer qu'il ouvrit les yeux l'esprit aussi embrouillé. Les cris s'était tus et la maison semblait aussi silencieuse qu'un tombeau.

Le néant, ce devait être cela, la maison était bien vide, son frère n'était plus là, son père non plus, seul sa mère semblait décidée a rester. Immobile, elle semblait le regarder, lui revêtu d'un drap taché de rouge, elle avait le regard fixé dans le sien, ses cheveux semblait formé un halo mystérieux au dessus de son visage, se visage si fin, si doux et d'une pâleur mortel.

Eizel porta doucement sa main sur le visage de sa mère, se retenant de l'enlève une fois la peau froide et semblant flasque et à la fois dure contre sa paume si chaude. Il lui ferma les yeux sans ressentir plus d'émotion que si il venait de refermer la porte.

Savoir combien de temps il resta là était impossible, pas suffisamment de temps pour s'endormir en tout cas.

Il aurait du en profiter pour fuir, mais, il n'y arrivait pas, ce n'était son état de faiblesse pourtant qui le lui empêchait, c'était plutôt son espoir. Encore des sentiments, encore de la pitié, encore de l'attachement.


~~~~

Savoir ce qu'il faisait la ne fut pas dure a deviner. Il était jeune, a peine neuf ans, la peau pale, le regard mélancolique, l'air sensible, pas encore adolescent mais plus tout a fait enfant, un peut abîmer certes, mais toujours exploitable. Oui, il venait de se faire vendre, une mise a l'essai ils appelaient ça. C'était interdit, proscrit, tout ce qu'on voulait, mais ça rapportait et l'argent, c'est ce que son père avait besoin pour se reconstruire une nouvel vie. Et il lui demandait de "comprendre son point de vue". Eizel en aurait étouffer de rage si on ne lui avait pas bien fait comprendre que la vie de son petit frère était en jeux.

Son père semblait bien s'amuser de l'amour que son aîné portait a son cadet qui ne semblait pas encore bien réalisé ou était a présent sa nouvel demeure.

Eizel était dans ce que certain appellerait une chambre, lui nommait ce nom une prison, mais l'appellation n'y changeait rien. Il était étendu sur le lit là ou on l'y avait poussé. Son père se penchait sur lui, un sourire aux yeux. Cet homme avait il toujours été ainsi, ou bien avait il changer, était ce lui qui le prenait sur ses genoux en lui racontant des histoires quand il était petit. " Si tu es sage, si tu es satisfaisant, peut être n'arrivera t'il rien a ton petit frère..."

Ils s'amusèrent avec lui et beaucoup rirent des gémissement qui lui échappait, des gémissement de douleurs qu'il ne pouvait retenir. Il était allongé a même le sol, tentant de reprendre son souffle ainsi que ses esprit, mais ceux là semblait s'effilocher de plus en plus. La douleur lancinante ne cessait d'être en lui, le submergeant de temps a autre pour l'entraîner vers les limbe d'un autre monde. Un monde auquel il aurait désiré tendre les bras si il ne savait pas que pour Tim il se devait de rester conscient...si on pouvait appelé cela être conscient.

Il sentit des mains insidieuses venir toucher son sexe alors qu'il se mordait les lèvres pour ne pas laisser échapper des sanglots. On lui demanda de gémir et il gémis alors que la seul envie qu'il avait était de vomir. On lui demanda si il aimât et il répondis que oui. Puis la douleur a son intimité se réveilla un peut plus alors qu'on le pénétrait a nouveau, il vacilla au bord des ténèbres mais un cris lui fit ouvrir les yeux.

Un cris qui résonnait a ses oreilles, on le regarda se débattre avant de le voire traverser le couloir, nu et chancelant ne semblant pas savoir ou il allait. La main pulpeuse de l'homme fut repousser et un instant après il tenait son petit frère contre lui. Il ne le lâcha pas et ce jusqu'à recevoir un coup derrière la tête.

Le néant l'absorba tel un tapis de coton. Ses paupières semblaient lourdes et sa vision grisâtre, il avait dans la bouche un goût désagréable, sa langue était pâteuse et son corps...Il ne le sentait plus. Il cligna plusieurs fois des yeux, sans comprendre ce qu'il voyait, la scène était dépourvue de son et son esprit ne semblait comprendre comment regarder les image. Ses paupières clignèrent a nouveau le froid l'envahissant en même temps que la douleur et le son lui parvenait a nouveau.

Tout sembla se passer comme un film au ralentit, il se redressa ou plutôt avança a quatre pattes, sa main rencontra un objet et son poing se resserra dessus sans qu'il n'ai regarder un instant de quoi il s'agissait. C'était juste lourd et froid, et terriblement solide semblait il.
Du moins, ce fut ce qu'il constata lorsque la canne de métal s'abattit avec la force du désespoir sur le crane d'un des homme. trop ébahis ou trop occupé, les autres ne semblaient réagir qu'avec retard. Deux d'entre eux tombèrent sur le corps de son frère alors qu'Eizel ne semblait plus animé que par la folie, le troisième sortit précipitamment de la pièce.

~~~~

Le vent dans les cheveux, voila la seul caresse qu'il accepterait encore de subir avec le sourire. Il se traine sur le toit, le sourire aux lèvres, la liberté et la vie, jamais plus il ne s'en séparerait. Il regarda un instant ses mains tachée de sang et la seul larmes qui coula ut pour son petit frère auquel il avait rendu la liberté éternel. Sa voix lui revenant encore soufflée tel un murmure a ses oreilles " ne me laisse pas vivre comme ça"...


RP effectués : (dans l'ordre chronologique, à éditer régulièrement. Mettre le titre du rp et un lien vers le topic).


Comment êtes vous arrivés sur Yokkai ? Par...un top site...
Avez-vous lu le règlement ? *^*
Et le contexte ? ;p Oui...très long...et ...génial d'ou ma présence


Dernière édition par Eizel le 27/01/2010 16:46:23; édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: 12/01/2010 18:08:18    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jester
Orphelin

Hors ligne

Messages: 1 708
Jester
Âge: 19 ans
Résidant: Hearts
Tendance: Ambi, uke selon les prétendants.

MessagePosté le: 15/01/2010 23:04:41    Sujet du message: Eizel [FINI] Répondre en citant

*s'incline pour la bienvenue officielle*
Toute la fiche est très bonne niveau contenu Eizel, l'histoire horrible à souhait...
Je déplore d'autant plus ton orthographe que ton niveau est bon, et c'est frustrant de buter sur un bon texte à cause d'une demi-dizaine de fautes par phrases. Cela ne t'empêchera pas d'être validé pour autant, je te souhaite des partenaires qui s'en accommoderont ~

*lui enfouit une tasse de thé dans les mains*
La question importante étant ; trois ou sept sucres avec ton thé ?
_________________
Revenir en haut
Eizel
Orphelin

Hors ligne

Messages: 11
Âge: 15 ans
Résidant: Clubs
Tendance: Ambi

MessagePosté le: 15/01/2010 23:18:56    Sujet du message: Eizel [FINI] Répondre en citant

:-) Je suis encore désolé pour ces fautes et tacherai de relire mes rp futures. Tout autant que cette fiches dés que j'en aurai l'occasion. Merci pour la validation.

Et...quand à la demi-dizaine de fautes...et bien...c'est que je m'améliore ,-) ...( n'est ce pas ce qu'on appelle une attitude positive :-)

Et la réponse a la question primordial est " Trois s'il vous plait, puisque c''est un beau chiffe "
Revenir en haut
Jester
Orphelin

Hors ligne

Messages: 1 708
Jester
Âge: 19 ans
Résidant: Hearts
Tendance: Ambi, uke selon les prétendants.

MessagePosté le: 16/01/2010 11:04:37    Sujet du message: Eizel [FINI] Répondre en citant

*glisse donc trois sucres dans le café*

Mhh positive sinon je te donne à manger à Chester u^u En tout cas j'ose espérer que tu te plaira à RP ici. Et je voulais te remercier pour le contexte >_^ car si les inscrits l'aiment à mon avis il y a un nombre incalculable de gens qu'il a plutôt rebuté.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: 22/09/2017 20:04:31    Sujet du message: Eizel [FINI]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Yokkai Index du Forum -> Pré-RP -> Fiches Validées -> Orphelins Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com