Yokkai Index du Forum
Yokkai
.: La ville des Orphelins :.
 
Yokkai Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Naoki ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Yokkai Index du Forum -> Pré-RP -> Fiches Validées -> Dissidents
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Naoki
Dissident

Hors ligne

Messages: 26
Âge: 34 ans
Résidant: Spades
Armes de prédilection: Poignard et Katana
Tendance: Seme

MessagePosté le: 14/01/2010 09:22:20    Sujet du message: Naoki Répondre en citant

Prénom : Naoki
Surnom : Le Rêveur Solitaire
Diminutif : Nao'

Statut : Dissident
Âge : 34 ans
Quartier d'appartenance : Immeuble Len'ka, Spades
Moyens de défense : Poignard et Katana, armes récupérées

Description physique :

"T'es anorexique ou quoi? Sérieux, tu r'ssembles à une asperge! T'as le ventre tout plat et la peau sur les os! J'suis sûr j'peux te briser en moins d'deux... T'es tout maigrichon..."

Naoki se souvient encore de ces paroles. Son ami ne cesse de lui reprocher d'être trop maigre, de ne pas manger assez. Oh, bien sûr qu'il mange assez! Son corps refuse tout simplement d'accumuler des kilogrammes inutiles. Il est maigre, oui, à tel point qu'il paraît chétif. Quarante-cinq malheureux kilogrammes. Du haut de ses petits un mètre soixante-cinq, Naoki a bien l'impression d'être jeune... d'avoir encore quinze ans... de ne pas avoir grandi d'un millimètre durant toutes ces années et pourtant, il se dresse là... du haut de ses vingt-trois ans. Son corps frêle semble être sur le point de se briser à tout instant, il semble si fragile... Sa peau laiteuse lui donne un petit air de jeune homme malade. Et ses yeux toujours cernés ne font que renforcer cette impression. Malgré les conditions de vie, Naoki parvient à entretenir son image. Sa peau n'est pas sale contrairement à la plupart des autres Dissidents et des Orphelins. Il se lave à peu près chaque jour, près d'une rivière qu'il a dénichée... mais cette escapade n'est pas sans risques et s'y rendre tous les jours n'est pas sans danger. Quelqu'un... un Poursuivant... pourrait très bien le remarquer. Sa peau semble presque scintiller chaque fois qu'il la décrasse des saletés, de la poussière et du sang séché. Elle est aussi douce que de la soie... Au fil des années, ses cheveux se sont allongés de quelques centimètres. Naoki aurait parfaitement pu les couper avec l'aide du poignard qu'il a dérobé, seulement... cette longue tignasse brune, désordonnée et qui, par moment, lui donne un air sauvage et farouche, surtout lors de combats où quelques mèches indisciplinées viennent lui barrer le front, accentue son charme déjà naturel. Enfin, ces moments sont tout de même rares car Naoki tente tant bien que mal de paraître discret afin que l'existence des Dissidents ne soit pas dévoilée. Il a pour habitude de nouer ses cheveux en catogan avec un morceau de ruban chiffonné qu'il a un jour trouvé. Ses yeux bridés et d'un brun profond auraient pu s'accorder avec la couleur de ses cheveux... si ces derniers n'étaient pas devenus quasiment noirs à cause de la saleté. Se laver n'est pas facile et il en est parfaitement conscient... L'hygiène ne semble guère avoir d'importance aux yeux des Dissidents. Ce n'est cependant pas ce qui va le pousser à quitter un camp qu'il affectionne tout particulièrement.

La particularité de Naoki... est son visage dans son entièreté. Les traits de son visage sont fermes et sévères... en même temps que d'être doux et légèrement efféminés. Ses sourcils fins, son nez droit et fin, ses lèvres roses et pulpeuses, ce joli petit minois ovale... Toutes ces caractéristiques réunies ne sont qu'une preuve de plus pour démontrer que Naoki est androgyne et il n'est pas rare qu'il soit confondu avec une femme. Certains s'amusent même à l'appeler "Ma belle!" ou encore "Ma puce" juste pour l'agacer, le titiller un peu. Et puis, il faut reconnaître qu'avoir gardé ses cheveux longs ne fait que renforcer cette impression de se tenir face à une femme et non un homme.

Autrement, en ce qui concerne le style vestimentaire... il faut avouer que le luxe n'est probablement pas de rigueur, surtout après autant d'événements passés. Malheureusement pour Naoki, ses vêtements sont semblables à tous ceux des dissidents. Des chaussures sales et usées par les ans, un jean élimé, troué, déchiré, sale, maculé de terre, de poussière et de sang. Son haut noir n'est pas dans un meilleur état, au contraire. Naoki a souvent la sensation plus ou moins désagréable de porter des haillons, mais que peut-il y faire? Les Dissidents et lui n'ont pas véritablement le choix de porter éternellement ces mêmes habits, à moins d'en voler... mais ce serait pure folie, n'est-ce pas? Les habitants des immeubles sont bien assez frustrés de se voir voler de la nourriture sous leur nez, qu'en serait-il s'ils s'apercevaient que leurs placards ont subi le même sort que leur frigo?

Un détail particulier à noter chez Naoki... son collier. Ce dernier a été offert par sa mère, avant qu'elle ne disparaisse ou qu'il ne s'en aille. Les circonstances demeurent encore un peu floues pour Naoki. Son passé ne lui revient en mémoire que par bribes. Il n'empêche que ce collier a beaucoup de valeur à ses yeux. Il s'agit d'une petite chaîne d'argent à laquelle pendent trois perles. Jamais Naoki ne l'a retiré et aujourd'hui encore, il en prend grand soin, veille sur lui pour ne pas le perdre. Ce collier est bien le seul objet qui le rattache à un passé oublié.


Maquillage :

Naoki se maquille le contour des yeux de noir, peut-être pour renforcer son charme, peut-être pour que son visage paraisse plus sombre... Nul ne le sait, seul lui détient la réponse à cette question. Il lui arrive parfois, également, d'appliquer du fard à paupières d'un brun très foncé ou encore de se vernir les ongles de noir. Oui, Naoki possède sa petite réserve de maquillage. Disons qu'un jour, il a eu le loisir de voler un peu plus que de la nourriture...


Caractère :

Le caractère de Naoki, ou plutôt ses humeurs, sont très changeantes. Naoki est un être lunatique et le démontre parfaitement dès que l'occasion s'en présente. Lorsqu'il avait été enfant, la joie ne le quittait jamais, un sourire joyeux flottait toujours sur ses lèvres d'un rose nacré et ses yeux pétillaient d'une envie de vivre plutôt déconcertante pour un enfant de son âge. Il ignorait encore ce que pouvait être la douleur, la souffrance, l'oubli ou encore l'abandon, et ne parvenait pas à faire la différence entre le Bien et le Mal. Le premier jour où ce cauchemar a débuté, Naoki en a d'abord été choqué, avant d'être troublé... puis finalement déboussolé. Il n'avait pas compris ce qui se passait, pourquoi toutes ces personnes agissaient ainsi mais une chose était sûre... ce que ces hommes faisaient subir à ces enfants ne semblait pas être Bien, même Bon. Toute trace de bonheur avait disparu de leur visage, seules les larmes ravageaient leurs joues et seuls des cris de douleur ou d'effroi franchissaient le seuil de leurs lèvres. Que se passait-il? Souffraient-ils donc d'une quelconque maladie? Et ces hommes les soignaient-ils comme ils le pouvaient? Quelqu'un lui avait crié de prendre la fuite, de courir le plus loin de ces hommes, mais Naoki avait voulu grimper comme tous les autres sur le toit de l'immeuble, il avait supplié le garçon de l'y amener. Ce dernier ne le pouvait pas. Naoki était trop petit, il ralentirait son ascension et avait toutes les chances du monde d'être attrapé par ces "mauvais êtres". Voilà l'expression qu'avait employé l'Orphelin, détachant chaque syllabe afin que Naoki comprenne que tout ce qui se déroulait sous ses yeux... n'était pas Bien du tout. Alors il s'était enfui. C'est à partir de ce jour qu'il a commencé à comprendre que tout n'est pas forcément tout blanc, mais que des tâches noires viennent salir cette couleur si pure.

"Et puis... est venu le temps des Orphelins."

La peur habitait Naoki, le poursuivait aussi sûrement que ces hommes qui tentaient de s'approprier tous ces enfants. Il ignorait encore ce à quoi étaient destinés ses semblables. Lui avait eu la chance d'en réchapper... même la solitude pesait sur sa conscience. Était-il donc le seul à être resté en bas? Et les autres, où étaient-ils? Avaient-ils rejoints les Orphelins sur le toit? Il se sentait si seul, si démuni... Seul face à soi-même. Et il lui fallait fuir, constamment fuir, la peur au ventre. Finalement, après quelques jours à errer, déambuler dans les rues de la ville, effrayé, affamé, affaibli et le froid qui ne faisait qu'aggraver la situation, Naoki a finalement décidé de tout abandonner. Après tout, si la vie était aussi terrible qu'elle en paraissait en ces instants... à quoi bon continuer de vivre? Il avait grandi trop vite, en quelques jours. Il se sentait vieux. Un adulte dans un corps d'enfant, voilà comment il s'identifiait.

Le monde des Orphelins, pour Naoki, était un peu comme un nouvel univers. Un univers qui se rapprochait du Ciel. Les Orphelins avaient étalé leur territoire sur tout un royaume dont eux seuls avaient accès. Il le savait, à présent, car ces mêmes Orphelins l'avaient enfin recueilli, lui, un enfant de la Terre qui était resté au sol quelques jours après l'attaque. Naoki était totalement subjugué. Il vouait une certaine fascination à ces enfants qui avaient été contraints de s'abriter au seul endroit que personne d'autre n'avait pu atteindre. Du moins, c'est ce qu'ils avaient cru. Si l'horreur de la situation avait frappé Naoki, à présent il ressentait un certain calme, une certaine sérénité. Il savait que c'était ici que se déroulerait le reste de son enfance ainsi que toute son adolescence. Il savait que passer sa vie aux côtés des Orphelins forgerait son caractère. Pourtant, peu lui importait... tant qu'il n'était pas abandonné.

Naoki, au cours des années qui ont précédé ses vingt-deux ans, avait retrouvé un peu de son envie de vivre qu'il avait connu plus jeune. Il ne cessait de chercher la compagnie des autres Orphelins, ne supportant plus la solitude et le silence qui l'avaient poursuivi lorsqu'il errait encore dans les sombres ruelles, plus bas. Seulement, personne ne semblait vouloir s'intéresser à lui. Alors il a tout simplement tenté de copier une partie du caractère de Shin, l'un des trois rois. Il s'abandonnait ainsi souvent à des rêves éveillés afin de combler ce vide. Discret et réservé, il passait quasiment inaperçu aux yeux de tous. Il ouvrait assez peu la bouche, alors rares étaient les Orphelins qui avaient le privilège de connaître le son sa voix. Il ne désirait pas non plus prendre part aux grandes décisions craignant que si quelque chose tournait mal... tout lui retomberait sur le dos. Il y a alors eu les premières apparitions des Poursuivants.

"Et puis... s'en est allé le temps des Orphelins."

Le monde des Orphelins semblait s'écrouler et, avec lui, emportait Naoki dans sa folie. Lui qui vénérait littéralement ce Royaume, Royaume devenu un mythe, une légende, un rêve à ses yeux... d'autres êtres s'y été introduits, pour tout détruire, tout ravager... Naoki n'a que trop mal supporté toutes ces morts subites. Tout ce sang versé. Tous ces cadavres qui jonchaient le sol. Il avait bien cru devenir fou. D'ailleurs, il était devenu fou. Cette période reste encore une période sombre et floue de sa vie, une période qu'il ne pourra malheureusement jamais oublier. Depuis lors, il ne cessait de broyer du noir et ses pensées étaient sans doute aucun funestes et morbides. Son mal-être, son malaise, ne faisaient que s'accroître de jour en jour et finalement, pour apaiser cette douleur, il lui arrivait de s'entailler les poignets avec un poignard qu'il avait dérobé. Heureusement, il y avait toujours quelqu'un pour le raisonner et le soigner mais, le jour d'après, il replongeait aussi sec dans ce gouffre béant qu'était devenue sa vie.

Le Rêveur Solitaire qu'il avait toujours été avait alors subitement disparu. Lui qui avait été toujours si calme, posé, serein, qui ne se souciait de rien et restait passif, était en proie à un pur délire et l'affolement semblait être le seul sentiment qu'il puisse connaître. Peu à peu... il s'est cependant calmé. Il paraissait être indifférent à tout, un peu comme s'il acceptait silencieusement ce qui se passait, comme s'il s'était résigné. Peut-être tous ses espoirs avaient eux aussi disparu... laissant derrière eux un Naoki totalement démuni, perdu. Chaque jour, il fixait un point invisible durant plusieurs heures, sans ciller, et cette fois... ce n'était pas pour rêver. Il se souvenait simplement des événements passés, de toutes ces horreurs qui étaient survenues. S'il tout avait été blanc quand il n'avait encore que cinq ans... à présent tout était noir.

Il avait fermé les yeux sur tout ce qui se produisait autour de lui... Le chaos ne l'attirait nullement, alors il avait tenté d'être aveugle aux carnages, aux lapidations, aux meurtres... jusqu'à ses vingt-deux ans où la victime... ce fut lui. Il avait tant bien que mal tenté d'échapper aux griffes de ces Orphelins, en vain... Et finalement, il avait rejoint tous ces cadavres empilés en un même endroit. Il avait cru mourir. Il avait eu la volonté de mourir, ne supportant plus toute cette mascarade... mais le Destin en avait décidé autrement. Malgré son profond désir de vengeance, la haine qui l'animait, l'envie d'être un Poursuivant le répugnait. Il ne désirait pas être considéré comme un traître... Il y en avait déjà bien eu assez. Alors il avait été amené en un lieu dont il connaissait l'existence... mais ignorait ce qui s'y passait. Sa surprise fut grande lorsqu'il comprit enfin qui étaient ces personnes. Apparemment, elles vivaient en paix.

Lui était-il possible de redevenir ce Rêveur Solitaire qu'il avait autrefois été? Oui... sauf qu'une chose avait changé. A présent, plus personne ne l'oubliait, il se sentait revivre. L'étincelle de vie brille à nouveau dans ses yeux. Le sourire de Naoki ne quitte presque jamais ses lèvres. Il semble toujours être de bonne humeur et d'ailleurs, cette bonne humeur, il la transmet. Rien ne paraît l'atteindre, l'attrister, alors si un jour quelqu'un le découvre en colère ou prêt à fondre en larmes... cela signifiera qu'il y a lieu de s'inquiéter. Naoki se soucie toujours des autres avant de s'occuper de lui et fait montre d'une gentillesse à toute épreuve. Il est aimable, attentif, sociable... tout le contraire de ce qu'il avait été lorsqu'il faisait parti des Orphelins mais cela ne signifie pas pour autant qu'il a fait une croix sur son passé, alors... son humeur peut très vite changer, surtout lorsqu'il est seul.

Tout ce qui vient d'être décrit est le comportement de Naoki lorsqu'il est accompagné par quelqu'un ou en présence d'autres personnes, mais seul... il subit des sauts d'humeur et continue secrètement de se taillader le poignet afin d'apaiser sa douleur, sa conscience, afin de se sentir mieux, de se soulager. Au fond, il est toujours aussi mélancolique qu'il l'a toujours été depuis cette première attaque qui a été un tournant important de sa vie.


Autres :

Groupe sanguin : B+
Allergie : Lactose
Problème de santé : Il est anémique et asthmatique, et dès qu'il est trop anxieux, la crise d'angoisse est inévitable.
Peur : Ce qui est assez surprenant pour quelqu'un qui doit quasiment vivre de nuit est sa phobie du noir.
Manie : Il se mord la lèvre dès qu'il réfléchit.

Autrement... il est préférable d'éviter Naoki lorsqu'il s'emporte dans une rage folle. Il a tendance à briser tous les objets qui se trouvent à portée de main ou bien à frapper quelqu'un s'il n'y a rien à casser.
Sinon, dès qu'il est en proie à une émotion trop forte, trop violente, il est généralement difficile de l'apaiser et de le calmer. Rares sont les personnes qui y sont parvenues.


Comment êtes-vous arrivés sur Yokkai ? Grâce à Eizel ^-^
Avez-vous lu le règlement ? *^*
Et le contexte ? Magnifique! Mais triste... *En a encore des larmes aux yeux.*


Dernière édition par Naoki le 17/01/2010 15:08:38; édité 5 fois
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: 14/01/2010 09:22:20    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Naoki
Dissident

Hors ligne

Messages: 26
Âge: 34 ans
Résidant: Spades
Armes de prédilection: Poignard et Katana
Tendance: Seme

MessagePosté le: 14/01/2010 18:44:12    Sujet du message: Naoki Répondre en citant

Histoire :

- Hh... Hhn... Huh... At... Attends...

Je sentais ces larmes salées glisser le long de mes joues blafardes et écorchées, tout autant que mes genoux. Mes jambes avaient peine à me supporter... Elle tremblaient tellement. J'avais l'impression qu'elles n'étaient plus que de la gelée. La peur m'étreignais à la gorge, m'étouffais. Je tentais de lui agripper la main, de le supplier de m'amener sur les toits, avec lui. J'ignorais encore ce qui se passait et pourquoi ça se passait. Je voulais naïvement croire que ce n'était rien de bien méchant mais ma conscience me soufflait qu'il fallait craindre ces hommes, qu'il y avait quelque chose de... de mauvais. Je continuais de courir à perdre haleine, avec l'impression que mon cœur allait jaillir hors de moi. Je pouvais sentir les battements frénétiques et affolés de mon cœur heurter ma poitrine, elle me semblait si douloureuse en cet instant... comme mes jambes. Elle étaient en feu. Une douleur lancinante m'élançait, mais j'essayais de l'ignorer pour tenter d'agripper la grande main chaude du garçon que je poursuivais depuis quelques minutes déjà, dans ce chaos. Il avait eu un violent sursaut et s'était vivement retourné, sur la défensive... mais dès qu'il aperçut mes grands yeux innocents, il parut soulagé et m'adressa même un petit sourire. Je tirai sur la manche de son haut et le suppliai de m'amener avec lui, de m'aider à grimper jusqu'aux toits. Il avait voulu partir, s'enfuir, je l'avais bien remarqué... mais malgré la peur qui le taraudait, il prit tout de même la peine de me répondre. Ses deux mains robustes posées sur mes épaules, il s'agenouilla en face de moi et planta son regard dans le mien.

- Écoute... Tu ne peux pas me suivre. Ils te rattraperont bien avant que tu n'aies atteint les toits et si je m'encombre de toi... tu ne feras que ralentir mon ascension. En ce cas, ils nous prendront tous les deux. Tu dois fuir... Tu dois fuir, ce sont de mauvais êtres...

Il avait articulé les deux derniers mots afin que je le comprenne, comprenne que ce qui se passait était vraiment mauvais, horrible. Je devais m'en aller avant qu'ils ne m'attrapent moi aussi. Mon regard, l'expression de mon visage, témoignait parfaitement de la peur qui m'habitait. J'avais regardé le garçon se retourner et courir vers l'immeuble, afin de commencer à l'escalader pour grimper sur le toit, imité par tant d'autres Orphelins. L'un de ces chasseurs - car le nom de Poursuivant ne leur avait pas encore été donné - s'était subitement tourné vers moi. Aussitôt, j'avais cru sentir mon cœur rater quelques battements et mon corps s'était automatiquement figé. Il avait fait quelques pas vers moi, affichant un air menaçant et ses yeux cernés ne faisaient qu'accentuer l'expression de son visage. Terrifié, j'ai tenté d'animer mes jambes, pour prendre la fuite avant qu'il ne m'attrape. Heureusement, elles ont répondu à mes ordres comme si elles avaient compris que ma vie ne tenait plus qu'à elles. Je me suis donc retourné... et l'obscurité m'a englouti, je me suis enfoncé dans les ruelles de la ville avant d'être attrapé. Pour un petit garçon de mon âge, je courais plutôt vite et mon poursuivant fut bientôt à bout de souffle aussi, s'arrêta-t-il pour se reposer un peu avant de totalement s'effondrer et c'est ainsi que je suis parvenu à le semer.

A présent, les cris, les pleurs, les hurlements étaient loin derrière moi, me parvenaient par saccades, par son étouffés. J'en étais bien soulagé car je ne voulais plus entendre toutes ces horreurs qui hantaient mon esprit. Je n'aspirais qu'à un peu de repos. J'avais besoin de dormir... pour soulager ma conscience. Alors je me suis abrité derrière une poubelle, afin d'être certain que personne ne puisse me retrouver, puis j'ai fermé les yeux et j'ai tenté de dormir. A mon réveil, j'ai fouillé la poubelle pour trouver quelque chose à manger. Un rognon de pomme, une aile de poulet, des chips couvertes d'une étrange substance brunâtres et visqueuse... mais je n'avais pas le choix. Si je voulais encore vivre, il me fallait me nourrir.

Durant quelques jours, j'ai continué de me traîner tel un spectre errant dans les rues de la ville, à dormir derrière les poubelles et à me nourrir comme je le pouvais, mais l'espoir m'abandonnait sûrement et je n'avais plus la force de continuer à vivre. Finalement, peut-être que la Mort serait une consolation, s'y abandonner était une idée bien alléchante qui me fascinait toujours un peu plus... Jusqu'à ce qu'il vienne.

A cet instant, je dormais. Allongé sur le sol sale et humide, recroquevillé sur moi-même, j'essayais d'oublier la faim qui me taraudait. J'étais faible. Je n'avais pas même le courage d'ouvrir les yeux... mais c'est pourtant ce que je fis. J'avais cru entendre quelque chose. Comme des bruits de pas. Un de ces maudits chasseurs? M'avaient-ils donc retrouvé? J'avais pourtant pris soin d'effacer toutes mes traces, de me cacher le plus souvent possible, de changer de lieu autant que cela m'était possible. Finalement, je m'étais redressé tant bien que mal en bafouillant:


- Non, s'il vous plaît... Laissez-moi tranquille...

La personne en question s'était agenouillée en face de moi. Elle me souriait. Ses yeux aussi me souriaient, comme son visage, si bienveillant... Il était trop jeune pour être l'un des leurs. Etait-ce un Orphelin? Lui aussi égaré? Nous pourrions peut-être s'entraider, en ce cas! Lorsqu'il avait avancé sa main pour caresser ma joue, j'avais tout de même eu un mouvement de recul, craintif. Pourtant, ce jeune homme devait bien inspirer de la confiance, n'est-ce pas? A moins que ce soit moi qui manquait de confiance.

- N'aie crainte, je vais t'aider. As-tu déjà entendu parler des Orphelins qui vivent sur les toits?

Comme si j'avais été incapable de parler, j'avais simplement acquiescé d'un signe de la tête. J'en avais surtout entendu parler lors de cette attaque puisque tous les Orphelins semblaient vouloir se réfugier sur les toits et moi, je n'avais pas pu les suivre. Le garçon en face de moi reprit alors la parole:

- Je suis descendu de ces toits... pour chercher d'autres Orphelins qui n'ont pas eu la chance de nous suivre. Nous sommes organisés du mieux que nous le pouvons. Nous nous ravitaillons régulièrement en nourriture et tu as certainement plus de chance de survivre là-haut... qu'à terre.

J'étais comme fasciné par lui, par ses paroles. Il me proposait de le suivre et comme j'étais trop petit, il m'aiderait à atteindre les toits. Bien évidemment, tout confiant que j'étais, j'avais accepté sans la moindre hésitation à le suivre. A cet instant, nous ignorions encore ce qui allait se passer, toutes les attaques que devraient subir les Orphelins. Et tout cela à cause d'une seule jeune fille qui s'était plus préoccupée d'elle-même que d'autres enfants. Qu'avait-elle cru espérer tirer de tout cela? De la gloire? Du succès?

Je l'avais suivi, sans opposer de résistance et, comme il me l'avait promis, il m'aida à accéder aux toits. D'autres Orphelins nous avaient suivi, des Orphelins que ce garçon avait trouvé. Pourquoi nous aider? Descendre des toits pour se rendre à terre n'était pas sans danger, il aurait tout aussi bien pu être attrapé par l'un de ces chasseurs. Avait-il eu pitié de nous? Je n'en savais rien, mais à cet instant, je lui étais reconnaissant de son geste.

Citation:
Le monde des Orphelins, pour Naoki, était un peu comme un nouvel univers. Un univers qui se rapprochait du Ciel. Les Orphelins avaient étalé leur territoire sur tout un royaume dont eux seuls avaient accès. Il le savait, à présent, car ces mêmes Orphelins l'avaient enfin recueilli, lui, un enfant de la Terre qui était resté au sol quelques jours après l'attaque. Naoki était totalement subjugué. Il vouait une certaine fascination à ces enfants qui avaient été contraints de s'abriter au seul endroit que personne d'autre n'avait pu atteindre. Du moins, c'est ce qu'ils avaient cru. Si l'horreur de la situation avait frappé Naoki, à présent il ressentait un certain calme, une certaine sérénité. Il savait que c'était ici que se déroulerait le reste de son enfance ainsi que toute son adolescence. Il savait que passer sa vie aux côtés des Orphelins forgerait son caractère. Pourtant, peu lui importait... tant qu'il n'était pas abandonné.


Les secondes s'écoulaient, les minutes passaient, comme les heures, les jours, les semaines, les mois et, finalement, les années. Je recherchais toujours un peu de compagnie... mais aucun des Orphelins ne semblait vouloir me parler. A moins que j'étais trop repoussant sans m'en apercevoir? Cependant, je n'étais pas le seul à être si mal vêtu, à être sale et à avoir des cheveux ébouriffés et maculés de poussière. Finalement, puisque personne ne voulait de ma compagnie, alors le mieux était de me créer un univers, non? J'avais donc tenté de copier le caractère de Shin, l'un des trois rois. Et c'est ainsi que, bien trop souvent, je me perdais dans des rêves éveillés. J'imaginais ce qu'aurais pu être ma vie si ce désastre n'était pas survenu, les amis que j'aurais pu avoir, d'autres choses que j'aurais pu connaître comme l'amour, le désir, les plaisirs charnels... mais la solitude semblait être la seule chose qui m'était jamais été donnée de connaître.

Malgré cela, j'avais retrouvé un peu de mon envie de vivre, peut-être grâce à mes rêves éveillés. Je n'en sais rien. En tout cas, je n'étais jamais entièrement seul, toujours entouré de personnes même si ces dernières ne m'adressaient pas la parole. Peu importait, tant qu'il y avait de la vie... et de la nourriture, pour ma survie.


Citation:
Il y a alors eu les premières apparitions des Poursuivants.


"Et puis... s'en est allé le temps des Orphelins."

Tout devenait chaotique. L'apparition de ceux qui, désormais, se faisaient appeler les Poursuivants, n'avait fait qu'aggraver la situation déjà bien difficile à vivre ainsi. Et grâce à leur aide, tout commençait à se détruire. Naoki en avait malheureusement que trop conscience. Il savait que cet univers que les Orphelins avaient bâti d'eux-mêmes n'était que trop branlant et, tôt ou tard, plus tôt que tard, tout s'écroulerait. Les morts ne faisaient que s'accumuler. La confiance n'était plus de rigueur. A présent... c'était chacun pour soi. Le seul univers où il avait pu trouver un peu de calme et de repos, un semblant de joie et une vie heureuse illusoire... disparaissait sous ses yeux et lui était impuissant, il ne pouvait rien faire pour arrêter ce désastre.

J'avais l'impression de replonger dans le chaos qu'avait été ma vie durant de longs mois interminables. Je croyais devenir fou. D'ailleurs, tout ceci semblait tellement surnaturel que j'avais l'impression de vivre dans un rêve. Un de mes rêves éveillés qui semblait cette fois-ci trop réel. Peut-être était-ce pour cela que, finalement... je suis demeuré indifférent à tout et à tout le monde. Peut-être était-ce pour cette raison que j'ai fermé les yeux sur ces meurtres, ces lapidations... mais au fond, je savais que tout ceci était bien réel et comme pour me le prouver, je me scarifiais.

Finalement, à mes vingt-deux ans... ce fut moi la victime. Je m'étais réveillé, comme chaque matin... mais pas seul. Plusieurs Orphelins m'encerclaient et j'avais pris conscience de l'horreur de la situation. Je n'avais pas pu tenter de fuir que les coups pleuvaient déjà sur moi. J'avais crié, j'avais tenté de les supplier d'arrêter, en aucun cas je ne serais l'un de ces traîtres mais personne ne m'avait cru. Même mes larmes n'y faisaient rien. Et finalement... j'avais été jeté comme une ordure sur cette montagne de corps humains dont l'étincelle de vie s'était éteinte. Le charnier... A ma plus grande surprise, j'avais survécu. Comment un tel miracle était-il donc survenu? Enfin... blessé comme je l'étais... sans aucune nourriture... je ne pouvais pas survivre. J'étais déjà condamné à partir du moment où ces Orphelins avaient commencé à me frapper. Finalement, il aurait mieux valu que je meurs sous leurs coups.

Je m'étais tout de même hissé à terre... enfin... mon corps avait plutôt dégringolé sur le flanc de cette montagne de cadavres. L'odeur était nauséabonde et je me retenais avec peine de vomir. Une fois à terre... je m'étais emparé de deux armes que j'avais pu trouver. Un poignard et un katana. Pourquoi personne ne les avait prises? Elles pouvaient toujours être utiles. Le poignard me servirait à découper de la chair pour me nourrir à moins que le goût ne soit trop horrible et, en ce cas, le katana abrègerait mes souffrances, non? de toute manière, quelle autre utilité pouvais-je trouver à ces armes? J'étais destiné à mourir et c'était tout! J'avais bien tenté de goûter à la chair humaine mais... j'avais aussitôt vomi. Peut-être le goût était-il meilleur lorsque la "viande" était cuite à moins que cette chair soit plus onctueuse si la personne était toujours en vie. Manger des macchabées... beuh, plus jamais de ma vie! Enfin, courte vie pour ce qu'il en restait, les heures et même les minutes m'étaient comptées, j'en étais persuadé.

Persuadé jusqu'à ce qu'une personne vienne à moi. D'abord, j'avais cru rêver. J'avais tendu la main pour tenter de toucher cette apparition divine mais... j'avais bien rapidement perdu conscience, trop affaibli.

La suite, tout le monde peut la deviner, non? Je me suis réveillé là où se sont réfugiés les survivants, ceux qui n'ont plus leur place chez les Orphelins et qui ne veulent pas devenir des Poursuivants. Tout ceci m'avait été clairement expliqué à mon réveil. D'autres personnes avaient pris soin de me soigner, s'occuper de moi. J'avais enfin l'impression d'avoir ma place quelque part. Je n'étais plus seul et la folie avait disparu avec la mélancolie. Je pouvais enfin être utile à quelqu'un. Voilà pourquoi le Rêveur Solitaire a refait son apparition. Voilà pourquoi, à présent, je suis un peu plus heureux.


RP effectués : (dans l'ordre chronologique, à éditer régulièrement. Mettre le titre du rp et un lien vers le topic).
Revenir en haut
Jester
Orphelin

Hors ligne

Messages: 1 708
Jester
Âge: 19 ans
Résidant: Hearts
Tendance: Ambi, uke selon les prétendants.

MessagePosté le: 16/01/2010 20:36:56    Sujet du message: Naoki Répondre en citant

Bienvenue Naoki, je suis heureux de voir un prétendant au titre des Dissidents.

*lui donne une tasse de thé* J'ai pris plaisir à ton histoire, j'aime y retrouver des morceaux du contexte ça rend ce dernier plus existant. Mais il y a un problème d'importance ; si ton personnage a vécu les évènements qui se sont passé à l'époque des rois, même étant très jeune il ne pourrais pas avoir en dessous de la trentaine.
Et même si tu n'es pas forcé de la raconter dans les détails, des petites indications ça et là sur la vie de Naoki avant sa fuite vers les toits seraient bien également. N'oublie pas que si tu as les moindres questions je suis disponible ~♥
_________________
Revenir en haut
Naoki
Dissident

Hors ligne

Messages: 26
Âge: 34 ans
Résidant: Spades
Armes de prédilection: Poignard et Katana
Tendance: Seme

MessagePosté le: 17/01/2010 08:29:57    Sujet du message: Naoki Répondre en citant

Oh, merci! *Prend la tasse de thé entre ses mains.*

J'ai modifié l'âge. Mon personnage a à présent 30 ans (heureusement, je ne crois pas avoir besoin de modifier l'histoire). Tren ans c'est peut-être un peu juste, je l'ignore, mais je ne veux pas non plus que mon personnage soit trop vieux xD J'espère que ça ira, maintenant! >///<
Revenir en haut
Jester
Orphelin

Hors ligne

Messages: 1 708
Jester
Âge: 19 ans
Résidant: Hearts
Tendance: Ambi, uke selon les prétendants.

MessagePosté le: 17/01/2010 12:52:08    Sujet du message: Naoki Répondre en citant

Oh sur les toits l'âge n'est qu'un indicateur d'ancienneté mentale, il n'influe presque pas sur le physique (comme il en est preuve avec le Roi de Spades). Quelques chose dans les alentours de 34 me conviendrait mieux pour ton personnage, plus vieux si tu le souhaites mais pas moins, il s'agit du revers de la médaille quand on désire jouer un personnage présent depuis le début de l'histoire.
*lui rajoute des sucres sans compter dans sa tasse*
_________________
Revenir en haut
Naoki
Dissident

Hors ligne

Messages: 26
Âge: 34 ans
Résidant: Spades
Armes de prédilection: Poignard et Katana
Tendance: Seme

MessagePosté le: 17/01/2010 15:08:52    Sujet du message: Naoki Répondre en citant

Voilà, c'est fait =)
Revenir en haut
Jester
Orphelin

Hors ligne

Messages: 1 708
Jester
Âge: 19 ans
Résidant: Hearts
Tendance: Ambi, uke selon les prétendants.

MessagePosté le: 17/01/2010 20:27:21    Sujet du message: Naoki Répondre en citant

C'est bon, te voilà prêt à RP
N'oublies pas que le secret des Dissident ne doit pas être divulgué à la légère, face à un Poursuivant il est plus important que la vie d'un individu.
Enjoy ~
_________________
Revenir en haut
Naoki
Dissident

Hors ligne

Messages: 26
Âge: 34 ans
Résidant: Spades
Armes de prédilection: Poignard et Katana
Tendance: Seme

MessagePosté le: 18/01/2010 12:14:43    Sujet du message: Naoki Répondre en citant

Merci!

Et oui, je n'oublierai pas ce détail ;p
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: 22/09/2017 20:04:17    Sujet du message: Naoki

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Yokkai Index du Forum -> Pré-RP -> Fiches Validées -> Dissidents Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com