Yokkai Index du Forum
Yokkai
.: La ville des Orphelins :.
 
Yokkai Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Au bord des Ombres [ PV Naoki ] ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Yokkai Index du Forum -> Endroits divers -> En bord de ville
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eizel
Orphelin

Hors ligne

Messages: 11
Âge: 15 ans
Résidant: Clubs
Tendance: Ambi

MessagePosté le: 17/01/2010 14:31:50    Sujet du message: Au bord des Ombres [ PV Naoki ] Répondre en citant

N'y avait il d'espoir ?...Le regard d'un vert un peut terne se leva vers le ciel a demi obscurcit, mais aucune réponse ne sembla venir de la haut. Eizel repris donc son chemin, marchant sur comme si plus rien ne pouvait avoir d'importance. Le vent, caresse fragile sur sa peau, semblait le guider a travers le dédale de toiture. Ses pied nu foulant le sol, caresse de la chair sur ce revêtement imparfait, sensation de légèreté mêlé a la grisante impression de voler lorsque son corps, tout les muscles tendu, se muait dans le seul but de rejoindre le toit d'en face.

N'était ce qu'impression, cette liberté qu'il ressentait...

Eizel était un de ces innombrables Orphelin, sans âge et sans passé, innocence trop vite arrachée et qui pourtant se refusait de regarder les années qui défilaient sans qu'il puisse les retenir. Il avait gardé, de son existence dans les abysse de la ville, ce regard lointain, qui semblait sans cesse rêveur et pourtant si emprunt de tristesse et de regret. Au premier regard, il devait être de ces orphelin de Diamonds, frêle et songeur, sensible et doux. Oui, peut être...peut être était il de ces papillons de nuit recherchant la lumière au prix de s'y bruler les ailes.

Pourtant, dans ses yeux vert brillait une farouche détermination, une détermination quasi sauvage, qui a tout instant semblait pouvoir balayer cette sensibilité a fleur de peau, pour ne révéler qu'un Orphelin brutal, trop sure de lui, plonger dans un silence que lui seul semblait comprendre. Pourtant il n'en détenait la clé, peut être l'avait il jeté le jour de son arrivé sur les toit. le jour ou il s'était arracher au monde d'en bas aussi cruel qu'il pouvait lui même se montrer.

Il avait quitté club quelques heures plus tôt, se risquant, solitaire à l'assaut des toits, en direction de la périphérie de la ville. Une escapade de plus, risqué certes, mais la motivation était suffisante pour l'emporter. Il n'était pas du genre à regarder derrière lui de toute manière. Pourquoi regarder derrière soit...

Il arriva bientôt en vue de l'endroit désiré, l'égerment en contre bas, une bassine avait été installé, non pas par lui, mais peut être par un autre orphelin qui a une autre époque avait lui aussi découvert cette source d'eau. Elle ruisselait des corniches jusqu'a cette bassine. Eizel se laissa glisser du toit jusqu'a celui qui plus petit, légèrement a l'abris des regard, entouré de bâtiments plus haut, offrait une impression toute relative d'intimité.

Il faisait sombre, la nuit était tombée, pourtant, sur la capital, l'obscurité ne semblait jamais régner en maître, les étoiles brillaient faiblement, semblant rassurer les regards qui tournés vers les cieux désiraient se rassurer de leurs passé trop éprouvant.

Eizel plongea un doigts dans l'eau glacée, cherchant le courage de se dévêtir, il savourait cette envie de se sentir propre en même tant qu'il éprouvait une aversion a se sentir nu attaqué par le froid glacial de cette eau trop sombre.

Puis...les ombres semblaient le guetter...

Comme pour se donner du courage, l'adolescent s'éclaboussa le visage, les lames glacées vinrent a sa rencontre, emportant avec elle un peut de la poussières qui recouvrait cette peau.

~~

Il s'était assis au bord de l'immeuble, silhouette noir se découpant sur le ciel bleu nuit, comme une offrande au seigneur des vents. Celui si le caressait, frôlant son visage, ce visage arraché à l'insouciance de l'enfance, mais qui ne se décidait a devenir adulte. Un vent qui venait jouer dans sa chevelure, tel autant de doigts, parfois doux, parfois joueur. Eizel frissonna un instant avant de se contrôler.

Le froid ne l'atteignait pas, il sentait doucement son corps se réchauffer, les habits encore trempé mais à présent propre, collait encore contre sa peau. D'ici une demi heure il repartirait, en attendant il patientait que ses vêtement sèche.

L'oreille toujours aux aguets il crus entendre un bruit, un frôlement de tissu, un bruit de pas, un souffle. Aussitôt il fut debout, le corps tendu, les sens en éveilles. Ses mains déjà a la recherche de ses armes pendant a sa ceinture, des gants de cuir ceinturé de lames.

Eizel fit quelques pas, s'éloignant du vide ou un instant plus tôt pendaient ses jambes, dans une insouciante toute relative.
Son regard vert émeraude scrutant les ombre à la recherche d'une silhouette. Lui même, jeune homme d'une quinzaine d'année, dont l'assurance et le regard semblait faire croire qu'il pouvait en avoir trois de plus, faisait en tout point penser a un jeune chat sauvage dont seul l'innocence avait été arrachée.
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: 17/01/2010 14:31:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Naoki
Dissident

Hors ligne

Messages: 26
Âge: 34 ans
Résidant: Spades
Armes de prédilection: Poignard et Katana
Tendance: Seme

MessagePosté le: 20/01/2010 10:08:34    Sujet du message: Au bord des Ombres [ PV Naoki ] Répondre en citant

Encore une journée comme tant d'autres. A rester enfermé à l'intérieur de cet immeuble. A se tenir compagnie. A tenter de se réchauffer les hivers en se serrant les uns contre les autres. Aujourd'hui, le ciel gris et chargé de nuages de pluie correspondait parfaitement à l'humeur de Naoki. Il se sentait vieux... et de plus en plus inutile. Sa vie s'était résumée à sans cesse se cacher, voler de la nourriture et se battre. Il n'avait pas pu profiter d'un seul instant de bonheur. Il avait l'impression de n'avoir connu que la tristesse et la souffrance. Même son enfance n'avait guère était plus joyeuse. L'existence d'un être humain devait-elle se résumer à la seule souffrance qui lui était possible de connaître? Alors, en ce cas, à quoi bon vivre? A 34 ans, il n'avait pas non plus connu l'amour et chaque jour, cette pensée effleurait son esprit. Peut-être que, dans une autre vie, aurait-il été marié, aurait-il eu des enfants... Il se sentait tellement... abattu. Abattu par ce qu'était sa misérable vie. Même le soleil, aujourd'hui, ne pointait pas le bout de son nez pour le consoler un tant soit peu. Les nuages noirs et plutôt inquiétants le cachaient derrière eux.

Naoki se releva avec lenteur. Il avait besoin de prendre l'air, de sortir pour se détendre un peu. Il ne voulait pas voler de nourriture. D'ailleurs, un petit groupe de Dissidents s'en était chargé, leur réserve était à peu près pleine. Nulle besoin de s'inquiéter pour le moment. Après avoir noué ses cheveux avec le ruban sale et chiffonné qu'il avait un jour ramassé, Naoki quitta l'immeuble qui était à présent sa demeure. Il rasait les murs afin de rester à l'ombre. Mieux ne valait-il pas être découvert. Ni par un Orphelin, ni par un Poursuivant. Les pas de Naoki le menèrent vers le bord de ville. Voilà une heure qu'il marchait, sans avoir pris de pause. Chaque fois qu'il se rendait à cet endroit, il se demandait si quitter la ville n'était pas une délivrance à tous ses maux, si ce n'était pas la solution qui conviendrait le mieux à cette situation. Mais, pour ne pas mentir... il avait peur. Qu'y avait-il donc au-delà de cette ville maudite? D'autres villes? Les mêmes horreurs s'y étaient déroulées ou bien la vie était-elle meilleure? En ce cas... il était né au mauvais endroit, comme tant d'autres Orphelins et Dissidents. Leur place n'était pas ici.

Le jour déclinait déjà pour laisser place à la nuit mais Naoki tentait tout de même d'apercevoir ce qui se trouvait au-delà des limites de la ville. Le mieux était peut-être de grimper sur le toit d'un immeuble? Chose qui ne serait pas si facile avec la pénombre qui s'installait. Il ne pourrait pas forcément repérer tous les appuis mais enfin... qui ne tente rien n'a rien. Et il n'était pas même certain de pouvoir apercevoir quelque chose avec la nuit tombée. Naoki s'approcha de l'immeuble le plus proche de lui et commença donc l'ascension. A plusieurs reprises, il manqua cependant de tomber mais se rattrapait toujours de justesse. Enfin, lorsqu'il fut sur le toit, il regarda autour de lui. L'immeuble n'était guère très haut en comparaison des autres qui l'encerclaient, mais c'était peut-être mieux ainsi comme il lui faudrait retrouver le sol par la suite.

Naoki fut bien évidemment surpris de découvrir un bassin aménagé sur le toit et, aussitôt, il se mit en position défensive. Le bassin ne se trouvait pas là par hasard, il y avait forcément quelqu'un dans les parages. Tendu, il extirpa de sa botte le poignard qu'il amenait toujours avec lui et ce dernier brilla d'une lueur inquiétante dans l'obscurité. L'oreille aux aguets, les yeux plissés, Naoki ne cessait de jeter des regards circulaire, à l'affût du moindre bruit ou du moindre mouvement. Il avait cette sensation désagréable d'être épié. Il y avait forcément quelqu'un, tapis dans la pénombre et qui le guettait. Mais qui cela pouvait-il donc être? Sa couverture ne pouvait pas être percée à jour. L'identité des Dissidents ne pouvait être dévoilée. Si un Orphelin était là, tout près de lui, il n'avait malheureusement d'autre choix que de prétendre être un Poursuivant. En revanche, s'il s'agissait d'un Poursuivant... s'en était fait de lui. Il devait à tout prix protéger les siens.


- Je sais que vous êtes là! Montrez-vous!

La voix de Naoki tremblait. Elle n'avait été qu'un murmure. Il ne désirait guère trop élever la voix au risque d'être entendu par d'autres personnes. Il valait mieux ne pas trop attirer l'attention. Peu rassuré, Naoki hésita un instant avant de faire un pas en avant. Oui, il s'était déjà battu de nombreuses fois, il avait gagné de nombreuses victoires, mais cela ne signifiait pas pour autant qu'il ne craignait pas ses adversaire. Il avait toujours peur avant qu'un combat ne commence et cela pouvait malheureusement s'entendre par le timbre de sa voix. Il enviait tous ceux qui aimaient les combats, qui ne craignaient rien et avaient une certaine fascination pour le sang. Il admirait le courage des autres... comme celui du roi Shin qui s'était sacrifié pour protéger les autres Orphelins. Il ne l'avait jamais avoué à qui que ce soit mais... il avait aimé Shin. Pas d'un amour entre amis, non... mais d'un véritable amour. D'un amour à sens unique, malheureusement. Cependant, il n'avait nourri aucun espoir d'un jour pouvoir lui appartenir... Après tout, il n'avait été qu'un Orphelin insignifiant et lui... un roi. Et puis, pourquoi quelqu'un l'aimerait-il donc?

Depuis, Naoki n'avait plus aimé. Et jamais personne ne l'avait aimé en retour. Enfin, c'est ce qu'il croyait. Voilà pourquoi il ne connaissait rien de l'amour. Il regrettait tellement de ne pas avoir avoué son amour à Shin. De toute manière, ils auraient été séparés. Et les choses étaient peut-être mieux ainsi car si jamais ils avaient pu être ensemble avant d'être séparés, leur "rupture" aurait été douloureuse. Du moins, pour Naoki. Il en aurait plus souffert qu'il n'en souffrait à présent. Mais les Orphelins l'avaient rejeté, avaient voulu le tuer sans y parvenir. Cela n'empêchait pas Naoki d'être informé de tout ce qui se passait sur les toits. Il écoutait parfois la conversation de Poursuivants mais également de certains Orphelins. Il restait sagement caché et écoutait ainsi ce qui se disait, avant d'en tenir informé les autres Dissidents. Au fond, cette vie qu'il avait menée sur les toits lui manquait mais... il avait été rejeté. Peut-être même dès le début puisque jamais rien d'extraordinaire ne lui était arrivé. Pas de fous rires entre amis, pas d'amour partagé, pas de consolation lorsqu'il était anéanti. Rien. Le néant. Il s'était enfin trouvé une petite place chez les Dissidents et il espérait que ces derniers ne le rejetteraient pas un jour comme l'avaient fait les Orphelins.
Revenir en haut
Eizel
Orphelin

Hors ligne

Messages: 11
Âge: 15 ans
Résidant: Clubs
Tendance: Ambi

MessagePosté le: 20/01/2010 11:35:54    Sujet du message: Au bord des Ombres [ PV Naoki ] Répondre en citant

Eizel était sur ses gardes, ses mains étaient a présent ornés de griffes. Trois griffes par gant, des lames qu'il avait pris grand soins de dénicher puis d'aiguiser avec les moyen du bord. D'un coté il avait trouvé des dents de fourches, suffisamment longue et robuste que pour en faire de redoutables armes, mais elle servaient plus a piquer qu'a couper, de l'autre coté, le gant gauche étaient affublé de lames de poignard qui avec soin et patience avait été limé jusqu'à formé une courbe régulière.
Eizel avait passé des heures sur ces armes, à les rendre aussi parfaites qu'il le pouvait, un léger sourire aux lèvres il les avait aiguisée, avait tester leurs solidité, les avait ceinturé a ses mains et ce jusqu'à ce qu'elle lui paraisse digne de protéger sa petite existence.

Il avait aimer se consacrer a se travaille simple et méticuleux, sachant que lorsque le métal mordrait la chair d'un des grands, se serait pour sa survie. Il les détestait et c'était alimenter par cette haine qu'il avait pris plaisir et patience à rendre ces armes aussi parfaites que possible.

Elles avaient déjà fait leurs preuve une fois et il en était assez fier, mais éternel perfectionniste il comptait bien encore ajouter une ou deux sangles et morceaux de cuirs pour éviter de se blesser les paumes lors de l'impacte.

L'orphelin scrutait la nuit, l'oreille tendue, les muscles légèrement raidis, il n'osait bouger à présent de crainte que le moindre mouvement ne le trahisse avant qu'il n'aie aperçus l'individu qui dans l'obscurité s'était glissé jusqu'ici.
Un orphelin...Peut être, mais souvent il voyageaient en groupe et les frôlement de tissu et les bruits de pas étouffé n'était ceux que d'une seule personne. Le choix était donc à présent assez maigre, ne laissant place qu'a ces poursuivants auquel le jeune homme vouait une véritable haine.

Un léger sourire vins se dessiner sur ses lèvres.

- Je sais que vous êtes là! Montrez-vous!

Le regard se fit plus brillant, la voix tremblait légèrement, même si elle n'avait été qu'un murmure apporter par le vent aux oreilles de l'Orphelin. Il pensait avoir repérer l'endroit ou devait se tenir l'individu et aussi silencieux qu'un chat sauvage parmis les ombres il s'approcha. Ne cherchant pas vraiment la prudence il se montra rapidement dévisageant le jeune homme qui se tenait à quelques mètres de lui.

Le visage d'Eizel exprimait clairement la haine que cet adulte lui inspirait, comment osait il venir polluer le vent des toits de sa seul présence. Le regard vert de l'adolescent ne sciait pas fixant le jeune homme avec intensité. Comme si il était aveugle face à l'être vivant qui se tenait devant lui, aveugle au fait que comme lui il avait un jour été Orphelin, car il était visible qu'il en avait été un, de petite taille, les muscles sculpté par le vent et par la course, les yeux foncé entouré d'un halo sombre, les cheveux en désordres et d'un brun pourtant brillant. Il semblait frêle presque maigrelet et pourtant Eizel ne se faisait pas d'illusion, tout les orphelins avaient l'air de casser comme des brindilles, mais ce n'était pas les connaître.
Celui qu'il avait en face de lui devait avoir plus de 22ans et pourtant il semblait encore si jeune. Mais cela n'avait aucune importance, il était armé, il était adulte et il ne faisait plus partie du royaume des cieux.

Il avait donc droit à toute la colère et toute la haine de la part du jeune adolescent qui le scrutait d'un regard sure de lui et légèrement arrogant. Pourtant ce n'était qu'un masque derrière lequel les yeux vert pâle analysait la situation, il ressentait bien de la colère alimenter par tout les souvenirs pénible qui faisait le lot de sa vie. Les adultes étaient les pires être qu'il connaissait, source de toutes les douleurs et de toutes les peines et les tuer était jusqu'ici la seul chose qu'il avait trouver pour se débarrasser de cet horreur.

Ne semblait il pas triste ce jeune chats sauvage, derrière son visage mi-rêveur mi-assassin, bousculer d'une existance à une autre. Malgré que cela faisait cinq ans qu'il arpentait les toits, il n'avait pas changer depuis son arrivée, restant cet adolescent légerement taciturne, ne se mêlant aux groupe d'orphelin que pour se bagarer ou échanger quelques rire aussi bref que cruel avant de se retirer dans ce qu'il appelait sa tanière. Il n'acceptait de se lier à personne restant parfois des heures plonger dans ses pensées. Bien sure il donnait souvent son avis, son assurance apparente et sa voix clair, ainsi que la colère qu'il exprimait en se battant en faisait quelqu'un d'asez charismatique. Mais en dehors de ces moments il semblait replier sur lui même en proie à des sentiments farouchement gardé.

Eizel eu un léger sourire a peine visble, alors que le vent semblait s'être cacher un instant derriere les immeuble, rendant l'athmosphere lourde, presque emplie d'électricité. L'humidité de l'air était palpable annonçant peut etre encore une de ces pluies qui ne cessait de tomber du ciel comme si ce dernier pleurait toute la misere du monde.

- Tu devrais être mort

Les paroles n'avaient été qu'un murmure mais il semblerent résonné contre les murs des batiments qui les entouraient formant tel une arène autour d'eux. L'adolecent au cheveux en bataille n'était pas tres bavard et ces quatres mots était le seul verdicte qu'il avait pour cet intrus. Les griffes qui ornaient ses poings s'agiterent comme si elle le démangeait. Il aurait peut etre dus avoir peur et aurait peut etre dus préferer la fuite. Mais il ne fuillait pas, il ne fuillait plus...
Revenir en haut
Naoki
Dissident

Hors ligne

Messages: 26
Âge: 34 ans
Résidant: Spades
Armes de prédilection: Poignard et Katana
Tendance: Seme

MessagePosté le: 25/01/2010 11:40:48    Sujet du message: Au bord des Ombres [ PV Naoki ] Répondre en citant

Il restait toujours à l'affût du moindre bruit... du moindre mouvement... convaincu de ne pas être le seul en ces lieux. Après tout, ce bassin... avait forcément été installé par des Orphelins, ces derniers venaient donc souvent en ces lieux afin de se laver, se nettoyer un peu, se décrasser. Lui... se rendait souvent aux abords d'une rivière qu'il avait dénichée mais ses escapades nocturnes demeuraient malgré tout dangereuses. Il pouvait être découvert à tout moment par un Poursuivant, et Naoki évitait d'engager les combats... Non seulement car il n'était pas certain de gagner mais en plus car les Poursuivants pouvaient très bien décider de prendre la fuite s'ils s'apercevaient que leur adversaire était bien trop fort... et bien évidemment, l'existence des Dissidents serait alors découverte. Heureusement, Naoki avait toujours su, jusque-là, rattraper chacun de ses adversaires afin de les achever. Il lui avait fallu bien malgré lui s'en prendre également à quelques Orphelins... mais des Orphelins qui avaient tenté de rejoindre les rangs des Dissidents et qui, malheureusement pour eux, avaient rencontré Naoki, peu enclin à les laisser s'en aller. Et pour quoi faire? Pour que les rangs des Poursuivants s'agrandissent davantage et que ce soit l'Apocalypse au cœur de cette ville?

Son devoir était de protéger les Orphelins des Poursuivants mais, avant toute chose, de garder secrète l'existence des Dissidents. Imaginez donc ce qui pourrait arriver si... la rumeur était répandue? Et, qui plus est, par sa faute? Non... Naoki ne désirait pas porter un tel fardeau... mais le poids de ce fardeau était tout aussi pesant que sa responsabilité, le devoir qui lui incombait de protéger les siens.

Naoki fut soudainement tiré de ses pensées lorsqu'il aperçut une silhouette se découper dans la pénombre de la nuit. Il s'immobilisa net, en position défensive, prêt à réagir, attaquer s'il le fallait. Apparemment, il s'agissait d'un Orphelin. Naoki en déduisait cela par la taille de son adversaire ainsi que par le timbre de sa voix, alors qu'il lui faisait remarquer que Naoki devrait être mort... Bien sûr, il le savait pertinemment, cela! Il aurait dû mourir précisément à ses vingt-deux ans, sous les coups des autres Orphelins... mais par il ne sait quel miracle, il avait survécu et n'était pas le seul. Les Orphelins négligeaient bien trop les "morts". Leurs coups n'étaient pas assez violents... C'était à croire qu'ils avaient conscience de jeter des personnes vivantes au Charnier afin qu'elles pourrissent au milieu de toutes ces dépouilles, ces cadavres, et meurent d'une morte lente et douloureuse. Un très généreux... cadeau. Tôt ou tard, ce garçon qui se tenait face à lui subirait le même sort, mais peut-être aurait-il plus de chance que Naoki. Peut-être succomberait-il aux coups et n'aurait pas à souffrir durant plusieurs jours en hurlant qu'on le délivre de la douleur par la mort.


- Peut-être... mais je suis encore vivant. Je me tiens devant toi... prêt à te défier...

Il ne voulait pas... Il ne voulait pas ainsi s'attaquer à un Orphelin, pas si ce dernier était aussi jeune et ne désirait pas rejoindre les Poursuivants. Il ne pouvait pas... mais il le fallait. Il le fallait si ce garçon ne lui donnait pas d'autres choix. Naoki ne resterait pas ainsi, les bras croisés, sans se défendre. Son instinct de survie le contraindrait très certainement à riposter... à se défendre et peut-être même à attaquer. A attaquer pour être certain de vivre encore. Sa raison lui dictait de réfléchir à ce combat, de déjà établir une stratégie pour coincer l'Orphelin et le dominer, lui prouver qu'il était le plus fort et que ce garçon ne pouvait rien contre lui... mais son cœur lui criait de ne pas le toucher, de le laisser en vie et tant pis s'il devait mourir. Que devait-il choisir? La vie en sachant qu'il aurait la mort d'un innocent sur la conscient ou bien mourir en sachant qu'un innocent aurait la mort d'un autre innocent sur la conscience, sans véritablement savoir que Naoki n'était pas un Poursuivant? Les deux étaient bien trop cruels... Néanmoins, Naoki ne pouvait pas se permettre de lui révéler qu'il était un Dissident... Ce jeune homme devait le découvrir par lui-même. Il le fallait pour que rien de catastrophique n'arrive. Si son adversaire découvrait par lui-même ce qu'était Naoki, celui-ci ne pourrait rien y faire puisqu'il n'était pas en faute... Après tout, le secret aurait été révélé... de "lui-même". Ainsi donc, tout problème serait réglé. Et Naoki n'avait pas comme projet de liquider son interlocuteur si jamais celui-ci venait à découvrir... l'existence des Dissidents.

- Que fais-tu ici, si tard le soir? Il n'est pourtant pas prudent de se promener le soir, tu devrais en avoir conscience, n'est-ce pas?

Il priait. Priait intérieurement. *Fais preuve d'un peu de malignité... Doute de moi! Doute de ce que je suis! Je t'en prie, c'est important... pour nous deux...* Mais sa prière serait-elle entendue?
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: 22/09/2017 20:04:32    Sujet du message: Au bord des Ombres [ PV Naoki ]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Yokkai Index du Forum -> Endroits divers -> En bord de ville Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com