Yokkai Index du Forum
Yokkai
.: La ville des Orphelins :.
 
Yokkai Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Loup yes-tu...{pv Even ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Yokkai Index du Forum -> Yokkai - Centre -> Quartier est - Diamonds
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sleep
Poursuivant

Hors ligne

Messages: 27
Âge: 24 ans
Résidant: Ace
Armes de prédilection: Fouet, coutelas à dents
Tendance: Ambi

MessagePosté le: 16/03/2010 03:18:21    Sujet du message: Loup yes-tu...{pv Even Répondre en citant

    C'est terrible mais...qu'est-ce, terrible ? Un mot, une estimation, une qualification ? C'est terrible mais je viens de le renverser, de le bousculer, de le frapper, de toute ma force, de toute ma grandeur, de toute mon âme. C'est terrible. On dit que « terrible vient du mot « terribilis ». Épouvanter, faire peur, imposer une terreur phénoménale à ceux qui nous entoure. Mais le mot a des dérivés. Je suis terrible, grand de par mon âme, magnanime. Ma silhouette et ma bonté d'esprit devrait imposer le respect, ce qui n'est pas toujours le cas. Alors ma colère gronde. Cette terrible et magnifique colère qui commence par un gargouillement de colère et qui se finit de le sang. Terrible. Moi. Lui. Le corps dans lequel je suis.


    Sleep s'arrêta sur son parcours pour réfléchir deux secondes. Aujourd'hui. Ah, aujourd'hui était l'anniversaire que sa mère lui avait donné. Celui que chaque humain voulait fêter avec pour se rappeler des années qui avait passé sur terre, cette fête tant attendu des chérubins aimés de leurs parents. Il allait se faire un cadeau. Un beau cadeau, même et cette fois-ci, pas besoin de dépenser, ne serait-ce qu'un sou puisqu'il avait tout ce qu'il lui fallait sous les mains. Les enfants. Il voulait un enfant, du moins un non-adulte. Pour le torturer, petit-à-petit, dans le silence des cris qu'il pousserait. Un enfant aux cheveux blonds peut-être, puisqu'ils étaient tellement mignons, ces petits blonds. Un enfant qui aurait pu être lui si seulement il n'était tombé de ce toît.

    Nuit noire. Pas un chat ne rôde. Si le métier de poursuivant lui a appris quelque chose, c'est qu'il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. De même, il est nécessaire de posséder une patience des plus...larges pour partir à la chasse. La chasse à l'orphelin, c'est comme celle aux bigorneau, à la balance ou aux crevettes. Placer vos appâts. Une cigarette allumée, par exemple ; ou bien le fumet encore chaud d'un bout de viande. Attendez. Et attendez. La nuit n'est jamais trop noire, de même, personne n'y dort jamais véritablement. Quoi de plus rassurant pour ces orphelins sans famille, sans parents que la nuit ? Cet espace-temps qui semble leur prêter sa voilure et les cacher le temps de...quelques heures pour ensuite les révéler au grand jour.

    Sleep donna un coup sec de mâchoire dans la viande rouge. Une des premières choses que lui avaient dit ce médecin après sa chute, c'était qu'il devait continuer à s'alimenter normalement et de surtout forcer sur viandes, laitages et poisson. C'était bon pour son corps. Le jeune homme n'avait jamais remis en cause la légitimité du médecin mais à un certain moment, la science avouait ses limites : depuis bien plus de dix ans, il n'avait grandi d'un pouce, handicap sans doute majeur la plupart du temps mais qui lui avait permis de s'infiltrer momentanément dans cette partie des toits du quartier est de Yokkai. Diamonds. Un endroit réputé pour être saccagé et n'abritant pas beaucoup d'orphelins. Mais Sleep se méfiait de toutes ces rumeurs. Fortement, même. Il avait aperçu quelques traces de pas, tout à l'heure et, comme un chasseur à l'affut, il les suivrait, inlassablement, ayant maintenant la certitude qu'il y avait forme de vie humaine ici.

    De l'extérieur, il devait ressembler à un misérable gamin. Un gamin blond aux cheveux ébouriffés et aux yeux cernés d'avoir sans doute trop veillé. Si une mère de famille chaleureuse l'avait croisé sur son chemin, elle l'aurait sans doute pris et serré fort dans ses bras avant de s'apercevoir de la cruauté du garçon ; de ses jeux avec les animaux domestiques, avec les enfants, les fougères. Il était bien terrible. Un bruit fit dresser les oreilles de Sleep. Peut-être n'était-ce qu'un corbeau qui venait de se heurter à un mur, mais tant pis : il ne devait négliger aucune piste. Son frêle corps bougea de deux centimètres de l'endroit où il était assis : Sleep s'avérait être un excellent acteur, lorsqu'il le désirait. Un autre bruit : plus fort, cette fois-ci. Un gémissement d'effroi sortit de la bouche du comédien ; il se saisit d'une sorte de planche qui traînait et se mit en garde comme l'aurait fait un chevalier.

    « Qui...Qui est là ? »

    Belle nuit, douce nuit. Une nuit propice à un piège, où la Lune, ronde et belle venait montrer le bout de son nez pour accorder aux Poursuivants – seule vérité en ce monde – un avantage indéniable sur les orphelins, ces choses piteuses, bonnes qu'à vendre pour amasser de l'argent. Il recula. Recula, recula mais...À ce moment-là, se passa une chose qu'il n'avait pour le moins du monde prévue mais qui allait sans doute simplifier considérablement sa mission. Sleep se prit les pieds contre une tuile branlante, battit un instant les bras, comme en profond déséquilibre et...

    Une seconde chute ? Non, c'était trop bête. Remarquez : peut-être allait-il pouvoir grandir, maintenant. On dit que moins plus moins égal à plus alors...une chute plus une chute pourraient-elles le faire grandir à nouveau, comme un humain normal. Sauf qu'il n'était pas normal et cela, il l'avait toujours su, même quand il était petit garçon. Si froid, si dégoûtant...si distant de la réalité. La silhouette de Sleep tombait presque au même endroit où il avait perdu équilibre. Il ne chuta pas dans le vide, il ne mourut pas ni retrouva sa taille normal. L'espace d'un instant, son rêve était anéanti. Sleep battit des yeux.


    Il était en colère.
    Et sa vengeance allait être terrible.

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: 16/03/2010 03:18:21    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Even
Orphelin

Hors ligne

Messages: 40
Âge: 15 ans.
Résidant: Diamonds
Armes de prédilection: Rien. Il ne se défend qu'avec son corps.
Tendance: Inconnu.

MessagePosté le: 19/03/2010 22:38:47    Sujet du message: Loup yes-tu...{pv Even Répondre en citant

    « Hey, le ciel. Tu… dors ? »

    On ne dormait jamais sur les toits. Pas même lorsque la nuit tombait et que le soleil s’effaçait pour dévoiler la lune et les étoiles aux yeux de tous. Even aimait observer le ciel étoilé, mais rien n’était plus beau à ses yeux qu’un ciel bleu et clair, presque aveuglant, et pourquoi pas, parfois, parsemé de nuages gonflés et cotonneux qui mettraient encore plus en valeur sa couleur si irréelle, si belle.
    Mais en cet instant, c’était les étoiles qui brillaient dans l’immensité lumineuse du ciel. Pas de bleu, pas de nuages non plus. Pourtant, cela n’empêcha pas les yeux ailleurs et curieux d’Even de se poser sur les points brillants, attirants, tandis qu’il questionnait le ciel du regard. Dormait-il, le ciel ? Il veillait constamment sur eux, immense voûte à la présence éternelle, mais se reposait-il, parfois ? Mais le ciel ne parlait pas, jamais. Presque comme Even. Et les étoiles… ? Pouvait-on marcher sur les étoiles ? Even, plus jeune, avait entendu dire qu’un homme avait marché sur le lune. Presque aussitôt, ses yeux vairons se posèrent sur le globe si rond ce soir là. Et dans un geste insensé mais automatique, geste concret d’une pensée fortuite, il leva un bras vers elle et tendit ses doigts osseux vers sa surface blafarde. Non… il ne pouvait pas l’atteindre. Pas plus qu’il ne pouvait atteindre le ciel.

    Alors, comme déçu, il se leva du perchoir sur lequel il était assis, peut-être un semblant de cheminée, une ruine d’un vieux grenier, une bouche d’aération à demi-détruite. Bref, un léger édifice qui peut-être fut quelque chose d’important un jour, mais qui aujourd’hui ne ressemblait plus à rien. Lentement, Even se laissa tomber à terre, et malgré la faible hauteur de l’édifice et le léger poids du garçon, il tomba assez lourdement sur ses pieds, et du se rattraper en posant ses paumes à terre. Il n’avait jamais été du genre sportif, et cela ne s’était que très peu arrangé depuis qu’il vivait sur les toits. Peut-être un peu, mais pas encore assez pour être efficace face à un éventuel ennemi et lui garantir une défense et une sécurité certaine. De toutes façons, Even préférait rêver que courir.

    « Au-revoir, le ciel. »

    Avec cette même lenteur rêveuse et absente souvent propre aux songeurs de Diamonds, il s’éloigna de son perchoir et marcha longuement sur le toit, longeant le bord en observant sans le voir le vide terrifiant à sa droite, si proche de lui mais sans doute pas assez pour l’en inquiéter. À vrai dire, il se demandait si ce soir, il dormirait. Sa cachette, s’il s’en souvenait bien, était assez loin d’ici. Peut-être fallait-il traverser cinq longs et dangereux toits, en escalader trois autres, sauter par-dessus un ou deux légers précipices et passer sous des tôles. Peut-être. Là, encore, il ne s’en souvenait plus vraiment. Il n’était pas rare, sur les toits, de passer des nuits blanches. Au contraire, le plus étrange serait de dormir paisiblement dans un endroit pareil. Car sur les toits, pas de lit douillet, pas de tranquillité: que le danger à chaque instant et la crainte de ne pas survivre à la journée du lendemain. Mais Even, lui, n’avait pas cette peur. Il ne construisait aucun projet si ce n’était observer encore et encore le ciel, il ne pensait pas au lendemain si ce n’était ouvrir de nouveau les yeux sur l’immensité bleutée, ou grise. Il ne vivait qu’au présent, qu’à l’instant présent, mais peut-être un peu au passé aussi. Peut-être.

    Quoiqu’il en soit, il marchait depuis plusieurs minutes maintenant, et lorsqu’il se rendit compte qu’il ne connaissait pas l’endroit où il était, il se stoppa. Ses yeux clairs firent le tour des lieux, s’attardèrent sur les tuiles délavées, sur les quelques objets rouillés qui jonchaient le sol, sur les rebords pointus et coupants introduisant le vide du précipice qui était continuellement à leurs côtés, comme si maintenant, il faisait partie d’eux, assez pour qu’aucun orphelin ne s’en inquiète plus à présent.
    Il attrapa une bout de métal, l’observa, puis le laissa retomber à terre. Tout cela lui était inconnu. Oui… il était perdu.
    Cependant, une faible voix lui fit tourner la tête. Un orphelin ? Un peu méfiant, mais terriblement intrigué, il avança, et avança encore. Jusqu’à ce que ses grands yeux clairs et rêveurs, toujours un peu ailleurs mais intéressés et étonnés, se posèrent sur la forme tombée au sol. Un enfant, un orphelin ? Son âge, ou peut-être un peu moins. Blond, comme lui. Mais des yeux sombres, et un regard haineux qu’Even, lui, n’avait jamais eu. Alors, il hésita un peu, mais se força à parler d’une voix basse qui n’avait visiblement plus l’habitude d’être employée et entendue :

    - Tu t’es fait mal ? Est-ce que… c’est moi qui t’ai fait peur ? Pardon.

    Il l’observa encore un instant, comme s’il essayait de ses yeux rêveurs de le cerner. Mais il n’y arrivait pas. Un peu mal à l’aise, Even regarda un vif instant le ciel puis la lune ronde, comme s’il cherchait un soutient extérieur. Puis, il observa de nouveau le garçon, avec des yeux plus absents encore qu’auparavant, moins méfiants. Puis, il lui tendit le main.

    - Tu peux te relever ?

    Sûrement qu’il tombait dans un piège. Mais à vrai dire, Even était bien trop optimiste et candide pour douter un seul instant de son prochain, quel qu’il soit.
Revenir en haut
Sleep
Poursuivant

Hors ligne

Messages: 27
Âge: 24 ans
Résidant: Ace
Armes de prédilection: Fouet, coutelas à dents
Tendance: Ambi

MessagePosté le: 11/05/2010 20:16:45    Sujet du message: Loup yes-tu...{pv Even Répondre en citant

    Violence. Sleep n'avait pas envie de ne pas respecter ses principes, et pourtant....Sa proie était là, toute chaude, toute frétillante devant lui. Elle l'observait, ses yeux pétillait de cette sorte d'angoisse que ressentait les personnes qu'il croisait. Sleep avait envie de jouer mais pas avec son corps : son esprit paraissait en meilleure forme alors il avait envie, soudainement de le casser, de s'approprier sa confiance pour lui démontrer, enfin, combien il était irrécupérable, combien même une âme aussi saine que celle du petit orphelin qui n'avait jamais croqué la pomme ne pourrait jamais le sauver. Et sauver, sauver de quoi ? L'adulte à la croissance interrompue n'avait pas combien d'être sauvé. Car il était bien tel qu'il l'était, à exercer sa maniaquerie sur les orphelins qui l'entouraient, à être sadique à souhait et à vivre sa vie comme il entendait la vivre. Sleep était donc parfaitement heureux et ce ne pourrait pas être un de ces crétins d'orphelin qui lui prouverait le contraire.

    Un regard plutôt dans la lune vint remplacer celui auparavant haineux du jeune homme. Il pensait à sa vie d'avant, ce qui se serait passé s'il n'avait jamais surpris cette intéressante conversation entre sa mère et l'instituteur. Finalement, à bien y réfléchir, il aurait eu une vie plus que banale, promis à rester dans son coin de bouseux et éventuellement à astiquer les toilettes jusqu'aux restants de ces jours. Alors, s'il ne le haïssait pas autant, peut-être aurait-il dû remercier l'instituteur plutôt que de le haïr autant. Drôle de paradoxe qu'était Sleep : il détestait les enfants car eux, pourraient grandir mais il détestait encore plus les adultes, entièrement responsables de son handicap. Tout ceci mélangé donnait une drôle de mixture pas très bonne pour sa santé mentale.

    « Aïe...J'ai...je n'ai pas mal. Ça va. Et...je n'ai pas peur...Tu m'as juste...surpris, j'étais en train de penser... »

    Sleep fit trembler sa lèvre, comme pour prouver le contraire. Pour le moment, mieux valait adopter le mouton et lui faire croire qu'il n'était pas un loup ou bien celui-ci pourrait malheureusement croire qu'il n'était de son côté et fuir...lâchement, sans même lui révéler où se cachaient ses condisciples. Car une seule proie n'intéressait pas seulement Sleep : il voulait tout le troupeau. Il voulait montrer aux autres Poursuivants, ces imbéciles aussi hypocrites que sadiques, qu'il était le plus fort et que sa petite taille ne l'empêcherait pas d'accomplir de grandes actions, tel David contre Goliath. Mais bref. Je suis bien hors sujet, à décrire ce qui était en train de se passer dans la petite tête de notre psychopathe. Il est dur de décrire les émotions de quelqu'un qui déclare ne pas en avoir ou du moins, les cache le mieux du monde.

    Sleep se leva et esquissa un pas maladroit vers Even : tout était calculé. Chaque geste était calculé, chaque regard aussi.
    Dis, dessine-moi un mouton, un mouton qui n'est pas malade, un mouton tel que je le vois. Pourquoi as-tu dessiné une boîte ? Pauvre mouton ! Il doit se sentir seul, vraiment ! Pauvre, pauvre mouton.
    Dis, la fleur a disparu. Est-ce le mouton qui l'a mangée ? Je regarde sous le carton et...le carton est vide ? J'aimais la rose. Elle était unique, elle me chantait des chansons tous les soirs, c'était la meilleure amie. Le mouton doit l'avoir mangée. Je n'aime pas les moutons, Antoine.


    Comprenne qui voudra. Il ressemblait à un petit garçon comme tous les petits garçons...ou pas. Son regard était creusé par d'horribles et même s'il voulait se forcer à avoir l'air de ce qu'il n'était pas, ses yeux qui avaient observé trop d'absurdités, d'horribles choses venaient contredire son mensonge. Et puis, si ce n'était le fouet caché sur lui, il y avait ce maquillage bizarre qui donnait l'impression à ses interlocuteurs qu'ils s'adressaient à un malade mental, à un type tout droit sorti de films d'horreur. Ce qu'il était vraisemblablement.

    « Bonsoir...Tu...Tu es tout seul ? Je...me suis perdu... »

    Avoua-t-il, presque honteux, un rouge facile lui montant aux joues. Pure comédie mais Sleep était un comédien de renom, un de ceux-là qui font que vous ne savez même pas s'ils tiennent un rôle ou non. En tout cas, celui-ci avait l'avantage d'être beau : Sleep ne prétendait revendiquer aucune forme de sexualité, cependant, il appréciait tout de même se tenir aux côtés d'une personne qui ressemblait au minimum à un Appollon. Drôle de choix, surtout pour un nain blond, n'est-ce pas ? Chacun ces manies, après tout, et ne le prenez pas mal.

    Son estomac fit un bruit qu'il n'avait jamais envisagé que celui-ci produise. La faim le tiraillait et les restes de viande qu'il avait fait cuire au coin du feu n'avaient guère suffit à le soulager. Le jeune homme évitait volontairement le quartier aux se rendaient les Poursuivants, sans doute à cause de sa ressemblance trop frappante, parce qu'il refusait de se montrer devant eux. Il les haïssait alors il ne leur donnerait jamais une raison de se moquer de lui : à la place, il y avait ce pseudonyme : « Sleep » qui en disait long à adultes et enfants, du moins certains et la réputation qu'il s'était faite auprès des marchands d'esclaves. Un Poursuivant digne de poursuite, qui respectait les clauses de ses contrats mais qui ne s'était jamais montré au grand public. Après tout, s'il faisait bien son travail...Pourquoi pas ?

    « Tu...ne connaîtrais pas un endroit où il y aurait...de la nourriture ? Je...j'ai peur de rester ici et j'ai peur de voler, je pourrais me faire prendre...Comme mon grand frère. Il est mort. On l'a tué. Il y a un jour. »

    Tout le monde ici savait ce que signifiait le « on » et rien de mieux que d'appâter son mouton comme cela.

    Approche, approche, petit mouton, dis-moi où tu loges et je réunirai ton troupeau...

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: 22/09/2017 20:04:18    Sujet du message: Loup yes-tu...{pv Even

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Yokkai Index du Forum -> Yokkai - Centre -> Quartier est - Diamonds Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com